Notre savoir-faire

L’expertise technique est une chose. La dimension humaine de l’accompagnement en est une autre. C’est elle qui fait trop souvent défaut en matière d’informatique.

Nous vivons dans une société d’analphabétisation numérique volontairement entretenue par les grands acteurs du secteur marchand et créée malgré eux par beaucoup de militants du logiciel libre qui sont, souvent, des passionnés de techniques avant d’être de fins pédagogues.

La culture numérique est très peu répandue, en conséquence de quoi l’usage qui est fait de l’informatique est très sommaire. C’est pourtant la clé de la réussite de cette révolution technologique.

Les utilisateurs souhaitant gagner en connaissance sont trop souvent renvoyés à leur propre incompétence voire méprisés pour leur absence de culture technique. Pour les autres, les grandes firmes du numérique essaient de simplifier toujours plus le système au lieu d’élever chacun à un niveau de compréhension lui permettant de travailler sur l’outil informatique en général. Il s’agit là du propre de la technocratie, un régime de valeurs dans lequel le technicien prend le dessus sur le profane en le privant de la capacité de s’approprier des connaissances génériques sur un sujet complexe.

C’est aussi une façon de créer une demande artificielle, une dépendance économique et technique laissant libre cours aux fausses professionnalisations. Les bénévoles des groupes d’utilisateurs du logiciel libre luttent contre ce phénomène, mais avec des moyens limités et sur la base de technologies sans garanties et qui n’inspirent pas la confiance technique au public, par effet de réputation. Les membres d’Hypra ont beaucoup fréquenté les milieux associatifs essayant d’aider les personnes désireuses d’utiliser du libre, malgré un niveau très variable en informatique. Ce fut le cas dès 2008 avec Actux, avec le Groupe des Utilisateurs de logiciels libres d’Ile-et-Vilaine et ses environs, de celui à Nantes, du groupe Accessibilité de l’association pour la promotion et la recherche en informatique libre, de Liberté 0. Nous entretenons cette expérience par une présence régulière à la Cité des Sciences avec l’association Parinux. Nous y maintenons, résolument, notre connaissance des situations humaines les plus variées, des rapports à l’informatique des plus divers, incluant même des gens handicapés souhaitant des appuis dans l’usage du logiciel libre.

Hypra souhaite transformer son expertise en un savoir-faire, c’est-à-dire rendre des connaissances spécialisées libres d’accès et de compréhension par tous. Nous souhaitons nous poser en intermédiaires entre le monde technique et le monde utilisateur de manière à jeter un pont qui permette d’améliorer la connaissance réciproque de ces deux univers trop hermétiques l’un à l’autre. Mais nous pensons que la professionnalisation de ce savoir-faire, pour compléter le bénévolat ponctuel, militant et sans garantie, ne saurait passer que par une équipe à temps plein offrant au public des prestations dans lequel il a le droit et même le devoir d’être exigeant.

Nous pensons qu’il s’agit de la condition fondamentale garantissant que la technique soit émancipation au service de l’homme et non un motif aliénation comme cela s’organise ou se profile dans le monde contemporain sous la forme de l’enfermement technologique.